Jésus-Christ, un mythe? — bien sûr que Non!

Voici ma réponse à l’article « Jésus-Christ, un mythe? » apparu dans l’Actualité du 23 mai 2016.


 

Premièrement, le fait que quelques professeurs avancent des thèses farfelues, c’est tout à fait normal et pas du tout nouveau. C’est d’ailleurs ce qui permet beaucoup de recherches dans les milieux académiques, des discussions et débats, des interviews, de la publicité, l’écriture de livres et leurs vente! Donc, tout ça va donner un petit coup de pouce à notre économie qui bat de l’aile de ce temps ci <;)! En fait, on a juste a regarder l’histoire des quêtes du « Jésus historique » depuis les années 1800 (autrement dit, l’histoire des débâcles de ceux qui voulaient mutiler le portrait de Jésus tel que révélé dans la Bible) pour voir ce même phénomène à l’oeuvre depuis des années!

C’est pas non plus nouveau qu’un article donne voix à un professeur qui à un point de vue extrême et minoritaire et ignore les autres voix qui ne sont pas du tout en accord avec le dissident: ça aussi vend du papier! (espérons qu’il y aura un autre article pour corriger tout ces dégâts!)

Mais, mettons de côté le pourquoi de l’article…


Quelques points par rapport à la véracité des choses affirmées par Dr. Ehrman:

  • Comment sait-il que l’évangile de Matthieu à été écrit dans les années 80? Il y a bien d’érudits qui pensent qu’il a été écrit avant la destruction du temple (70) et, probablement avant l’évangile de Luc (qui, lui aussi, a probablement été écrit avant 70).
  • Depuis quand est-ce que Dr. Ehrman croit à la transmission exclusivement orale des paroles et événements reliés à la vie de Jésus? Jusqu’à récemment, Dr. Ehrman nous suggérait de comparer les évangiles pour remarquer les ressemblances textuelles dans l’original. Le point de Dr. Ehrman était qu’il est probable que les évangélistes aient utilisées d’autres écrits connus par les chrétiens pour rédiger les évangiles portant leur noms (…ou bien, la mémoire des disciples était presqu’aussi exacte que du papier!)
  • Dans l’article de l’Actualité on compare les événements de 9/11 avec les événement reliés à la vie et mort de Jésus: c’est comparer des noisette et des pommes! D’un côté, on a un événement qui est arrivé une fois et auquel on fait référence rarement (le 9/11), de l’autre, on parle d’événements qui sont au centre de bien de communautés chrétiennes! Si Jésus était le Messie pour ces gens là et s’ils étaient supposés se rappeler de lui (voir la sainte cène), il est évident qu’on parlait de Jésus, ses miracles et ses paroles régulièrement dans ces communautés chrétiennes! Surtout lorsqu’on considère que l’église a toujours besoin d’enseignements sur Jésus pour les jeunes et les nouveaux croyants! (Faut croire que selon Dr. Ehrman, l’église primitive avait complètement oublié Jésus pendant des dizaines d’années, jusqu’à l’écriture des évangiles!?)
  • Une autre affirmation de l’article: « D’ailleurs, les premiers chrétiens semblaient au courant de ce risque. Ce n’est pas pour rien que Paul, dans son Épître aux Galates, prend la peine de souligner que ses enseignements ne lui sont pas parvenus par un chemin tortueux, mais plutôt directement «par la révélation» de Jésus-Christ. » Ceci c’est prendre ce verset hors contexte. En fait, dans le contexte, l’apôtre Paul mentionne comment il a reçu la révélation pour défendre le fait qu’il était un apôtre comme les autres (la question de corruption du message est loin de la pensée de Paul!) En fait, cette interprétation est tellement tordue qu’on pourrait la qualifier de bizarre!
  • La dite évangile de Pierre a été écrite probablement autour des années 190, par un auteur inconnu, appartenant à une communauté inconnue! Pourquoi est-ce digne d’être mentionné?
  • « Les lettres de saint Paul, fortes de près de 20 000 mots, mentionnent Jésus à plus de 300 reprises, mais jamais pour parler de sa vie, de ses actions ou de ses souffrances. » Au contraire: Romains 6 fait références à la mort et résurrection de Jésus, Phil 2 est probablement un des plus anciens hymnes chrétiens (écrit probablement moins d’une dizaine d’années après la mort de Jésus) qui décrit la divinité, l’incarnation, la souffrance, mort et résurrection de Jésus, etc. Il y a bien des références à Jésus à travers les écrits de Paul ainsi qu’à travers les écrits des autres apôtres! Evidement, puisque le but des épitres de Paul, Jean, Pierre, etc était de corriger des problèmes dans les église, les auteurs présupposent une connaissance partagée de l’identité de Jésus!  Justement, les clins d’oeil que les apôtres font par rapport aux événements reliés à la vie, mort, et résurrection de Jésus démontrent une connaissance commune, partagée, des événements reliés à Jésus.

Justement, ce Dimanche (Pâques) bien des églises vont proclamer haut et fort la certitude de la mort et la résurrection de Jésus. Nous allons tous entendre des arguments sur certitude de ces événements centraux à la foi chrétienne!

À Dieu seul soit la gloire!

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s